Pour un revenu universel de base ?

Par Julien Richard & Anne-Cassandre Ledoux

C’est quoi, un revenu universel?

(Introduction par Anne-Cassandre Ledoux)

Le “vendeur de temps” est un de mes livres préférés. Deux ans après l’avoir lu, j’ai choisi de créer mon entreprise pour vendre mon temps, et rien ne serait plus jamais comme avant…

il retrace l’histoire d’un homme bien sous tous rapports, un bon père de famille.

Du jour au lendemain, il se met à vendre du temps libre dans des bocaux, car il se rend compte que le temps libre est ce qui manque le plus cruellement à tous. C’est pire que cela, le temps libre tend à nous rendre heureux, heureux et libres.
En confinement est-on au sommet de son malheur?
Il est clair qu’en quelques mois à peine,

  • la pollution a baissé significativement, c’est parfaitement visible depuis nos postes d’observation spatiaux
  • Les émissions de gaz à effet de serre ont contribué à réchauffer le climat de 4% de moins pour les projections 2020
  • De charmants animaux sauvages ont réinvesti des fiefs citadins jusque là inexplorés
  • Certains parisiens passionnés ont vu baisser leur taux de cortisol voire monter leur productivité d’une épaisse tranche de folie

Mais qu’est ce que la productivité ?
Est-ce le travail bien fait?
Qu’en est-il de si ce travail est bénévole?
Dans les études sur le bonheur, il est dit que plusieurs choses peuvent contribuer à nous rendre heureux : il s’agit de donner du sens à sa vie, d’une part, et entretenir de bonnes relations sociales d’autre part
Et si en travaillant moins, ou au service d’activités bénévoles ou de projets non rémunérés mais pleins de sens pour nous et riches de relations sociales, voir même en ne faisant rien du tout (!) (ultime provocation pour cadre dynamique assumé(e)!), nous étions plus productifs envers la nature?
Et si nous lui rendions son argent terreux, telle une banque fatiguée de ses évasions capitalistes? 😉

Mieux vaut rire que pleurer, nous sommes riches de donner du sens
Et si nous donnions, un revenu universel?

Pour un Revenu Universel de Base

Article synthèse des travaux de la commission « Revenu Universel »

par Julien RICHARD

Pour faire face à la mutation profonde de notre économie, qui compromet le retour au plein emploi tel que nous le concevions jadis, l’UDE / Front Démocrate propose l’instauration d’un Revenu Universel de Base.

L’idée d’un revenu universel délivré mensuellement à tous les citoyens, sans disctinction,  est une idée déjà ancienne, qui est revenue dans le débat ces dernières années. Fait notable, on trouve des défenseurs de ce projet aussi bien à droite qu’à gauche, car il rassemble au-delà des clivages. Cette mesure parait essentielle pour accompagner le développement de la flexibilité du travail, dans le cadre d’une véritable flexi-sécurité.

Un constat : un retour au plein emploi imposssible

Avec l’accélération et la généralisation de la numérisation et de l’automatisation, non seulement dans l’industrie mais aussi dans tous les métiers, le retour au plein emploi paraît de plus en plus illusoire, et ce même si la croissance revient. De nombreux métiers d’aujourd’hui seront  transformés ou même seront appelés à disparaître. Le champ du salariat semble voué à se rétrécir. Si l’on ne fait rien, le chômage ne peut que progresser, ce qui accroîtra encore les inégalités et ébranlera les fondements de notre contrat social. Le monde du travail et notre rapport à l’emploi doivent être repensés.  Si l’on veut garantir la cohésion sociale et permettre à chaque citoyen de vivre dignement, il faut inventer de nouveaux dispositifs. Selon nous, le Revenu universel de base est une mesure qui s’impose d’elle-même dans ce contexte.

Un Revenu pour tous

Nous proposons que l’Etat verse à chaque citoyen majeur un Revenu Universel de Base mensuel d’un montant de 800 euros, à vie. Les parents recevront aussi un complément pour chaque enfant (de 200 à 300 euros par enfant, selon l’âge)

Cette somme sera versée à tous les citoyens français, sans condition de ressource. Elle sera versée aussi à tout étranger (en situation régulière sur le territoire) après 10 ans de présence.

Le Revenu Universel de Base aura vocation à remplacer certaines aides sociales existantes (comme RSA, prime d’activité, allocations logements, allocations familiales…) mais la retraire ou la sécurité sociale continueront d’exister ainsi que, de manière générale, les aides procédant d’une logique assurantielle et celles relevant d’une logique de solidarité (exemple : allocation pour les handicapés)

 Avantages du R.U.B

Les avantages de cette réforme d’envergure seront multiples, en voici quelques uns : 

-la grande pauvreté éliminée

-la fraude aux aides sociales supprimée

-des coûts réduits pour l’Administration

Le R.U.B sera bon pour l’économie puisqu’il permettra d’encourager l’initiative dans l’entreprise ou dans le secteur associatif :

-une plus grande liberté de choix de vie

-la création d’activité et l’innovation encouragées

Cette réforme sera aussi bénéfique au monde rural, elle permettra par exemple aux agriculteurs de continuer leurs activités, à des citadins de revenir à la campagne (cela réduira les effets de la crise du logement)

Surtout, la cohésion sociale en sera renforcée, il n’y aura plus d’un côté les demandeurs d’aides sociales (qu’on présente parfois comme des « assistés ») et de l’autre les citoyens intégrés, puisque chacun recevra les mêmes prestations.

Les éventuels désavantages sont peu nombreux. Certains pensent que le RUB entrainera l’inactivité et la paresse des citoyens, mais les expérimentations menées dans d’autres pays n’ont jamais démontré cela (les personnes abandonnant toute activité sont une petite minorité).  D’autres critiquent le fait que les personnes aisées toucheront le R.U.B, mais il ne faut pas oublier que ces dernières paieront leur impôt sur le revenu en conséquence (cela n’enrichira donc pas davantage les personnes aisées).

Le financement du R.U.B

Le plus grand défi est de financer le Revenu Universel de Base. Le R.U.B à 800 euros « coûtera » 300 milliards annuels (en tenant compte de la suppression du RSA, allocation familiales et logement). Mais il faut tenir compte du fait que les personnes ayant des revenus élevés paieront l’impôt (IR) sur le versement de leur R.U.B ce qui réduit d’autant la facture. Pour compléter, il faut envisager une réforme fiscale. Le R.U.B ne peut pas se concevoir si la fiscalité n’évolue pas, notamment dans ces directions :

-taxation des revenus des multinationales (qui échappent en grande partie à l’impôt national)

-taxation sur les entreprises ayant recours à la numérisation et l’automatisation en remplacement de la main d’oeuvre.

-hausse limitée de tva (ciblée sur les produits dont la production est automatisée)

– taxation des transactions financières

Le R.U.B est donc un projet nécessaire et rassembleur, de nature à redonner un coup de jeune à notre contrat social. Il permet de lutter contre la précarité sous toutes ses formes dans le cadre d’une politique véritablement humaniste.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :